Le coq et la chayote

Page de titre de l'édition originale de 1668 de Fables choisies mises en vers par M. de la Fontaine. Copyright Imprimerie Nationale, Paris 1985, ISBN 2-11-080842.
Un jour un coq détourna
Une chayote qu’il donna
Au beau premier lapidaire.
« Je la crois fine, dit-il ;
Mais le moindre grain de mil
Serait bien mieux mon affaire. »

Un ignorant hérita
D’un manuscrit qu’il porta
Chez son voisin le libraire.
« Je crois, dit-il, qu’il est bon ;
Mais le moindre ducaton serait bien mieux mon affaire. »

Fables choisies mises en vers par Jean de la Fontaine, Livre premier,1668 (si l’on prend le soin de remplacer chayote par perle !)
in La Fontaine, Fables, Tome I, Livres I à VI, page 166, Lettres-Françaises, Imprimerie Nationale, Paris, 1985 (ISBN : 2-11-080842).

En fait, c’est juste un bon moyen, trouvé au hasard de mes lectures, pour vous annoncer que vendredi prochain, 27 novembre 2009, la recette du dredi vous livrera une variation libre autour du coq et de la perle qu’est la chayote (alias chouchou ou christophine !) :D :
- la christophine vinaigrette,
- le coq au vin blanc,
- et les chipolatas mijotées au vin blanc, aromatisé au coq, et accompagnées de chouchou ratatouille !

Le grand dauphin enfant (peinture par J. Werner) à qui Jean de la Fontaine dédicaça, en 1668, ses "Fables choisies mises en vers", alors que le grand dauphin avait 6 ans et demi !

Louis de France (1661-1711), le Grand Dauphin, enfant, peint par Joseph Werner le Jeune (1637-1710), à qui Jean de la Fontaine (1621-1695) adressa, en 1668, ses « Fables choisies mises en vers », alors que le Grand Dauphin avait 6 ans et demi !

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading ... Loading ...

Mots-clefs :

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le flux RSS 2.0. Vous pouvez commenter, ou faire un trackback depuis votre site.
Imprimer Imprimer

Réagissez